Réaction sur l’appel de Jeunes à la soumission

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

De Masika Liliane ( Canada)
 
Banetu !
 
Je suis contente qu`il y ai de tel rassemblement des jeunes à Butembo, ce que je voulais ajouter tout simplement c`est de ne pas oublier que dans la vie conjugale , le dialogue et la complémentarité compte beaucoup. Garder silence ne pas toujours une solution.
Les femmes Nande doivent s`habituer à exprimer leurs points de vue dans la vie familiale et à donner le meilleur de ce qu`elles ont pour la construction de notre société de demain. Car la famille est la base de chaque société.
 Liliane (Canada) : vliliane2002@yahoo.fr>
 .
De Masimengo Oscar ( Canada)
 
Chers frères et soeurs,
 je suis très content de l’explication de notre frère Mbayahi « La soumission dont nous avons fait aux jeunes est celle tirez des écritures dans Ephésiens 6…» Je suis vraiment d’accord avec lui.«Le silence…La soumission et le silence sont des vertus pour quelqu’un chez qui vous éprouvez une affection, un amour sincère et authentique. L’amour ne se réjouit pas du mal(1cor13)
 Je n’en disconviens pas. Sauf je voulais vous remercier et vous dire simplement que tous, jeunes et vieux , avons besoin de cette formation. Alors ma question est celle-ci: Nous les jeunes congolais de Masisi, Mushake, Walikale, Goma, Gisenyi,… nous nous sommes déjà engagé dans le mariage avec les filles rwandaises et selon des sources fiables on utilise des femmes dans le service de renseignement rwandais. Dans ce cas comment allons -nous gérer ce message (appel à la soumission…)? Ou bien le message était destiné seulement aux jeunes de Butembo- Beni…
 Oscar Masimengo ( Canada), oscarma1968@yahoo.fr

.
– De Mbaherya Lwanzo ( Katanga)
Salutations du Katanga !
Nous voulons tout simplement remercier notre frère Mbayahe pour le souci qu’il a pour l’encadrement de la jeunesse. Il est évident que nous avions aussi quelques soucis à propos de son message sur « le silence et la soumission », si c’est en dehors du contexte du mariage chrétien, et encore! Quand on sait que le peuple Nande est profondément religieux et très respectueux en général du message de ses Pasteurs, la crainte de mettre en application ce message même dans le domaine politique se justifiait. Vous êtes tous formidables, vous qui levez l’équivoque dans notre esprit, nous qui n’avons pas été présent à cette rencontre de jeunes. Et vous le faites fraternellement. Mais alors, existe-t-il un cadre dans lequel le jeune peut « parler et se faire entendre », ou est-ce que la parole est confisquée par nous les responsables politiques adultes qui, souvent, avons des préoccupations égoïstes? Comment le jeune peut-il AGIR, REAGIR face à ce tableau peu reluisant de l’avenir politique de sa Province? Mbaherya Lwanzo ( Katanga) mbaheryal@yahoo.fr
.
– Réaction de Kasaly E. SIKUYAYENGA ( Alabama, USA)
Chers Frères et sœurs,
La polémique et controverse sur la rencontre du 23 Mars dernier est bel bien suivie avec beaucoup d’intérêts par tous. Avant de donner mon humble point de vue, je tiens à féliciter notre frère Mbayahe pour une éducation suivie de notre jeunesse. Mais toutefois, je partage le souci de Mathe. Un message religieux ne doit pas nier les réalités politiques qui prévalent sur le Nord-Kivu; et l’avenir de Beni-Lubero dépend largement de la jeunesse qui a un certain moment doit prendre ses responsabilités. Il en est aussi de notre devoir, nous les adultes, d’éduquer cette jeunesse en tenant compte des réalités du moment. Quant en ce qui concerne les Ecritures Saintes et sacrées, elles doivent rester saintes et surtout utilisées dan un cadre bien défini pour éviter les mauvaises interprétations et la confusion. Je crois que notre héros national, l’Archevêque Emmanuel Kataliko avait réussi à trouver une plateforme pour une éducation tant spirituelle que politique basée sur l’amour de Dieu et du prochain. La soumission à Dieu, oui, puisque Dieu est suprême. Il est l’Alpha et l’Omega. Dans Ephésiens 6, l’apôtre Paul parle plus du Respect que de soumission. Quant à la controverse des femmes soumises à leurs maris, il est aussi demandé aux maris d’aimer leur femmes; des lors la soumission devient réciproque. Le silence, oui et non. Oui, puisque sur le plan physique, nous avons2 oreilles et seulement une bouche. A mon avis, nous sommes sensés plus écouter que parler. Non puisque à un certain moment, il faut parfois rompre avec le silence pour s’exprimer, et je pense que Mathe a pleinement raison de dire que demander à nos jeunes de se taire serait vraiment du suicide. Juste un petit exemple, une des causes de divorce dans toutes les sociétés du monde est lié au MANQUE DE COMMUNICATION… Comme parent, je suis fier quand mes enfants m’exposent leurs problèmes, et je les encourage jour et nuit pour qu’ils puissent s’exprimer…
Quant à la simplicité, oui car cela va de paire avec les enseignements tant bibliques que civiques.
(Veuillez excuser mon Français)
Kasaly E. Sikuyayenga, Birmingham, Alabama, USA. kasalys@yahoo.com
 

 
Réaction du Journaliste Mbayahe
Réaction à chaud sur l’article publie sur votre site à propos de la rencontre de 3223 Jeunes sur la Pelouse de l’Auberge de Butembo avec le Journaliste Mbayahe.
Je félicite bien le courage du signateur de l’article « controverse sur l’appel des Jeunes à la soumission »
En effet, je suis surpris que l’auteur de cet article qui est mon frère, a changé l’esprit expressément le contexte et même l’esprit de notre exposé avec les jeunes sur la pelouse de l’Auberge de Butembo, le jour de Pâques.
La soumission dont nous avons fait appel aux jeunes est celle tirez des saintes écritures dans Ephésiens 6 : quand la Bible appelle les enfants à obéir à leurs parents. La même Bible appelle les femmes à obéir à leur mari. Notre séminaire ne concerne que les affaires conjugales et non la politique de ce monde. Je ne suis pas politicien mais journaliste.
 
Le silence dont vous avez fait allusion, n’est pas un silence pour le mal, les atrocités, les tueries. Et la soumission et le silence sont des vertus pour quelqu’un chez qui vous éprouvez une affection, un amour sincère et authentique. L’amour ne se réjouit pas du mal (1 Cor 13)
 
Je constate avec regret que l’auteur n’a pas participé à notre seminaire ou il a fait une déformation de notre action éducative.
 
Je n’ose pas croire que Monsieur l’auteur de l’article est contre les 3223 personnes qui ont participé à cette formation. Les 3223 personnes ne sont pas quand même des idiots, ni des païens, ce sont des chrétiens.
 
Notre séminaire n’est pas une affaire politique mais chrétienne de lutte contre le paganisme et la délinquance amoureuse avant et pendant le mariage. Ceci pour bâtir un foyer heureux et qui est la base de tout développement, et même de la paix. La famille étant la base, la cellule de base de toute société. Veuillez rectifier votre article, ou demander aux jeunes qui ont participé de vous faire le texte vrai.
Journaliste Jonas Mbayahe ( Butembo) jonasmbayahi@yahoo.fr
.
 
Réaction d’Oscar Masimengo
 
Chers batunga,
Pour Mathe : J’apprécie sa rédaction et surtout les photos. Pour Jonas, j’aimerais présenter mes excuses car je suis parmi les personnes qui ont peut être mal interprèté ce message. J’apprécierais mieux si peut être la fois prochaine pendant des telles occasions, que Jonas se rappelle bien que nous vivons une période d’occupation et de guerre et que souvent des personnes ayant un double agenda peuvent s’en servir pour corrompre nos jeunes(Pour recruter et fragiliser la résistance, souvent ils s’en servent pour atteindre leur objectif). Je ne critique pas le message du journaliste Mbayahi du 23 Mars, sauf que je voulais informer nos frères et sœurs sur cette occupation que c’est le même message que ces personnes mal intentionnées utilisent pour nous aveugler (Le saviez-vous? …) Pour moi Kataliko est encore vivant car ses révélations me donnent toujours le courage de réfléchir et surtout de découvrir les sources de notre souffrance actuelle… En bref comme vous le savez, chez-nous nous n’avons aucune arme pour se défendre comme les autres. Mais Dieu nous a donné des JEUNES et les MÉDIA c’est à nous de nous organiser dans nos entretiens et ses deux grandes armes que Dieu a mis à notre disposition. Tout congolais à l’extérieur comme à l’intérieur, tous, avons la responsabilité de mettre toutes nos batteries en marche pour accéder à un changement positif
OSCAR Masimengo (Canada) oscarma1968@yahoo.fr
.
 
Explication de Kakule Mathe
 
Je voudrais tout simplement dire à mon ami Jonas Mbayahe envers qui j’ai beaucoup de respect comme journaliste, que je n’ai pas transformé son message. Je l’ai tout simplement interprèté dans le contexte sociopolitique qui prévaut à Beni-Lubero. J’avais même bien souligné que son message était correct dans le cadre de la religion. Je suis heureux que lui-même vient de dire ce que j’avais dit. Mais comme le relève Oscar Masimengo, les journalistes, les prédicateurs de Beni-Lubero doivent faire attention à ce qu’ils disent car l’ennemi peut s’en servir. J’avais félicité le Journaliste Mbayahe pour sa considération sur le divorce et sur l’amour vrai comme un travail, un long investissement. Je remercie le Journaliste Mbayahe pour nous donner cette occasion d’échanger sur la prudence dans nos messages et prédications, même si ces messages et prédications se veulent seulement religieux. Le religieux peut être aussi politique. D’où notre vigilance pour que les beniluberois sachent questionner toutes les recettes aussi bien religieuses que autres, qu’on leur offre dans les églises et églisettes de la région. Mon souhait comme éveilleur et militant bâtisseur de la nation, c’est d’apprendre aux beniluberois de questionner toutes les questions et toutes les réponses.
Kakule Mathe (Butembo), Kakulema@benilubero.com
.
 
Le débat continue… ( envoyez votre réaction à benilubero@benilubero.com)
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*