Remaniement N/Kivu: Le CNDP pilote la Justice

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Par la ruse et les accords secrets entre Kinshasa et Kigali, le CNDP de Nkunda poursuit calmement et surement sa conquête du pouvoir au Nord-Kivu. L’écartement de Nkunda n’aura donc été qu’une stratégie savamment montée pour dompter les ardeurs des résistants congolais en leur offrant une paix éphémère sans justice pour les victimes des crimes contre l’humanité perpétrés par le CNDP de Nkunda.
.
Après l’affectation des membres du CNDP dans la Police Nationale, l’armée nationale congolaise, la DGM, l’OFIDA, l’ANR, etc., le CNDP de Nkunda vient de faire une entrée spectaculaire au Gouvernement de la Province, s’emparant du Ministère de la Justice, des Droits Humains et de la Réinsertion Communautaire. En effet, par son Arrêté N°01/004/CAB/GP-NK/2009 du 15 février 2009, le Gouverneur de Province, Son Excellence Mr. Julien PALUKU KAHONGYA, a réaménagé son équipe pour, dit-il, « consolider l’action du Gouvernement Provincial en vue de répondre aux défis de la stabilisation et du développement ».
.
Interrogés, les habitués des allées du pouvoir au Nord-Kivu réfutent cette hypothèse, en disant que, bien avant la marche sanglante de Nkunda sur Goma, le remaniement de l’exécutif provincial était à l’ordre du jour, surtout avec la démission très attendue du Ministre des Finances RUMASHANA pour sa gestion dite calamiteuse de l’argenterie du Nord-Kivu. Mais l’impunité aidant, Mr RUMASHANA avait réussi à se maintenir au poste jusqu’au remaniement de dimanche 15 février 2009.
Malgré les explications ci-dessus, plusieurs Nord-Kivutiens interrogés trouvent que ce remaniement sent le roussi, et serait téléguidé par les signataires des accords secrets de Goma. Pour ces derniers, le remaniement du dimanche 15 février 2009, marque un pas de plus dans la conquête du pouvoir politique au Nord-Kivu par le CNDP de Nkunda et ses alliés rwandophones. Le fait que le CNDP ait emporté les ministères qui gèrent les minerais, les parcs et les forêts, les refugiés, la justice, les droits humains, etc., aspects qui constituent les nerfs de la guerre du Nord-Kivu, ne peut pas etre tout simplememt mis sur le compte de la reconciliation provinciale. Il s’agit d’une victoire du CNDP qui prend le ministère de la Justice là où il est accusé des crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Qui pourra encore juger le CNDP de ses crimes?  
.
Parlant de l’origine politique des heureux promus, le texte de l’arrêté est silencieux sur deux ministres qu’il désigne par « experts ». Pour les observateurs, il n’est pas impossible que le texte de l’arrêté, pour ne pas choquer l’opinion en mettant le CNDP ou le RUD, ait préféré parler « d’experts ».
.
Une autre critique vient des certains vrais Mai-Mai congolais qui disent avoir été oubliés et s’étonnent que le Gouverneur ait parlé d’un remaniement visant la stabilisation de la province. Le fait de partager le pouvoir avec les seuls « experts » du CNDP semble correspondre aux exigences de Nkunda qui n’a jamais voulu entendre parler des groupes armés congolais du Nord-Kivu. Aussi, les Ministères qui sont revenus au CNDP et ses alliés sont ceux dont les attributions sont au centre des revendications de Nkunda et de tous ceux qui le soutiennent au niveau régional et international. Ainsi, sans commentaires,
Mr. TUYIHAMBAZE RUCOGEZA un membre du CNDP de Nkunda dont on ne connait pas le territoire d’origine, et partant la nationalité, pilotera le Méga Ministère Provincial de l’Administration de la justice, Droits Humains, et Réinsertion Communautaire.
Mr. NDABEREYE SENZIGE (de Rutshuru) prend le Ministère Provincial des Mines, Hydrocarbures et énergie.
Mme RUGENERA KAMBIBI (du Masisi) prend la tête du Ministère Provincial de l’Environnement, Tourisme Jeunesse, Culture et Arts, Sports et loisirs.
.
L’entrée du CNDP au gouvernement provincial du Nord-Kivu pouvait peut-être passer inaperçu et mis sur le compte d’une nième réconciliation avec le CNDP de Nkunda, s’il n’y avait pas eu en même temps au Nord-Kivu, depuis samedi 14 février, des attaques des populations civiles par ceux qu’on appelle « FDLR » dans presque tous les coins de la Province du Nord-Kivu. Les techniques que les FDLR utilisent actuellement au Nord-Kivu sont les mêmes que celles utilisées par les LRA en Province Orientale. Ainsi par exemple, les Fardc et les militaires des opérations conjointes du Rwanda et de la R.D. Congo ne sont jamais à l’endroit de l’attaque au moment de l’attaque. Ils arrivent toujours tard sur le lieu du crime pour compter les cadavres des victimes. Après les attaques en ville de Butembo samedi dernier, hier c’était le tour de Luofu et de Kaina où plusieurs cas de viol des femmes ont été rapportés, plusieurs maisons brulées, des véhicules de transport pillés, etc.
.
Cette généralisation des attaques contre les populations civiles avec une fréquence et une intensité jamais vues depuis qu’on parle de la présence des FDLR voire des LRA à l’Est du Congo, donne raison à ceux qui ont toujours soutenu que les FDLR et les LRA étaient respectivement des alliés du Rwanda et de l’Ouganda dans leur conquête de l’Est de la R.D. Congo.
Dans le cas du Rwanda, par exemple, chaque fois que le rapatriement des FDLR au Rwanda était en passe de réussir, le CNDP de Nkunda allait en guerre notre les FDLR mais les Fardc. Apres avoir anéanti les Fardc, le CNDP remettait sur la table la question des FDLR et curieusement, Kinshasa ne se lamentait guère de ces contradictions flagrantes.
Le dernier cas du blocage du rapatriement des FDLR au Rwanda est celui de Kasiki au Sud du Territoire de Lubero, où les FDLR qui attendaient leur rapatriement sont portés disparus à quelques heures de leur rapatriement. Personne ne s’est lancé à leur poursuite jusqu’à ce jour. Nos fins limiers ont rencontré quelques- uns des anciens locataires de Kasiki dans la ville de Goma où ils ne sont pas arrivés à pieds mais en véhicules et par la grand route (La suite de ce feuilleton des FDLR de Kasiki, dans nos prochaines éditions).
.
Un autre fait qui démontre les alliances entre les FDLR et le Rwanda, les LRA et l’Ouganda, est que depuis l’entrée officielle des armées ougandaises et rwandaises au Congo, les FDLR et les LRA sont devenus militairement plus forts qu’avant et surtout plus agressifs à l’encontre des populations civiles congolaises. Les observateurs concluent que les armées rwandaises et ougandaises sont entrées au Congo pour prêter main forte aux FDLR et aux LRA. Pour l’instant, les faits du terrain ne contredisent pas cette conclusion.
.
La R.D. Congo risque de connaitre une fin très agitée de ce mois de février 2009. Pour ceux qui sont sur terrain au Nord-Kivu et en Province, il n’y a plus de doute que le gouvernement de Kinshasa a trahi le peuple congolais dans sa gestion du Conflit de l’est du pays. Le Rwanda et l’Ouganda s’installent durablement au Congo avec la complicité du gouvernement de Kinshasa. Pour le moment, seule l’action des députés pétitionnaires peut remettre la R.D. Congo dans la légalité constitutionnelle. Ces députés sont donc à encourager et à soutenir pour qu’ils ne cèdent pas eux aussi à la trappe de la soupe, oubliant leurs revendications légitimes qui sont aussi celles du peuple congolais. Ne pas soutenir la pétition de ces députés visionnaires, c’est être, comme dirait Barack Obama, du mauvais côté de l’histoire congolaise. La détérioration de la situation sécuritaire au Nord-Kivu avec la montée en flèche des FDLR dont la menace de s’en prendre aux populations civiles se précise du jour au lendemain, rappelle aux congolais et aux congolaises qu’ils doivent ouvrir l’œil et le bon avant qu’il ne soit trop tard.
.
Compilation des dépêches de Goma, de Kanyabayonga, et de Mahagi
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*