Révélations sur le plan d’occupation du Nord-Kivu

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

D’après les fins limiers de Benilubero online, le plan d’occupation du Nord-Kivu par les Rwandophones poursuit son bonhomme de chemin sous les yeux de la Monuc et avec la bénédiction de plusieurs membres du Gouvernement de Transition. Sur terrain, les cerveaux-moteurs de ce plan macabre seraient le rebelle Nkundabatware, Eugène Serufuli, et Kakolele. Nkundabatware et Kakolele ont été aperçus cette semaine à Gisenyi d’où ils planifient l’assaut fatal sur le Nord-Kivu. Cette assaut viserait l’anéantissement de la Police Militaire (PM) récemment déployée à Goma, la destabilisation du processus electoral et l’occupation militaire des territoires de Beni et de Lubero. Les collaborateurs congolais (i.e. Kakolele) des rwandophones sont entrain de faire partir leurs familles des villes-cibles des prochaines attaques pour les installer à Gisenyi et à Goma. D’après plusieurs recoupements des fins limiers de Benilubero online, le plan de conquête du Grand Nord sous la houlette d’Eugène Serfuli et de Nkundabatware comporte quatre axes d’infiltration, à savoir, 

Axe1:  Kirumba – Bukununu- Kyavinyonge- Kasindi – Beni 

Axe 2: Kirumba – Kipese- Masereka – Luotu – Butembo 

Axe 3: Masereka – Kyondo – Vuhovi- Isale –Kanyihunga – Kalau- Beni 

Axe 4: Kanyabayonga-Bunyatenge- Kasuo- Ikobo-Manguredjipa- Butembo 

Le Centre des Opérations et le lieu de ravitaillement en armes, munitions et vivres par voie de largage et par voie lacustre, est le camp de la cité de Kyavinyonge, le camp de Karuruma et de Kasaka, non loin du Lac Edouard (Ancien Idi Amin). L’opération en cours serait le débauchage des autorités militaires, des Hommes et Femmes influents du Grand Nord. Ce débauchage se ferait par un gang de 14 filles et d’une centaine d’hommes rwandophones, occidentaux et congolais portant plusieurs casquettes (commerçants, investisseurs, humanitaires, défenseurs des droits de l’homme, etc.) qui auraient bénéficié d’un budget de plusieurs miliers de dollars pour réussir leur sale besogne. A ceux qui posent la question du pourquoi Le Gouvernement de Transition ne dit mot sur le calvaire des Nord-Kivutiens, nous répondons par l’adage selon lequel, “qui ne dit mot consent”. Mais plus que simplement consentir, selon des nouvelles de Rutshuru, une alliance entre le PPRD de Joseph Kabila et le RDC-Goma d’Azarias Ruberwa se serait conclu le 31 Décembre 2005 à Rutshuru Chez le Mwami Ndeze entre le Secrétaire Général du PPRD Mr. Vital Kamerhe et les autorités provinciales du RCD-Goma. Notez que Mr. Vital Kamerhe avait refusé lors de cette visite dans la région de rencontrer les représentants des communautés autochtones du Nord-Kivu qui voulait lui présenter la situation de leurs communautés respectives!

(De nos sources à Rutshuru et à Gisenyi)  

 

 Beni-Lubero Online publie les révélations ci-dessus,  sous toute réserve, qui lui sont parvenues de plusieurs sources concordantes. Les sages disent qu’il n’y a pas de fumée sans feu! Il est ainsi du devoir des compatriotes épris de paix de ne pas dormir sur leurs lauriers en attendant que l’organisation des élections ainsi que le tripatouillage de la Monuc ramènent par un coup de baguette magique la paix au Nord-Kivu. Benilubero online soutient que les préalables de la paix et de la démocratie c’est, à part les élections, la sécurité des personnes et de leurs biens, la participation et la responsabilisation de tous dans la gestion de la res publica, selon une loi ou une constitution qui est au-dessus de tous et qui est mise en application pour l’intérêt de tous, l’administration effective de tous les secteurs de la vie publique, la restauration du pouvoir local pour la mobilisation de la base, etc. Cet article pose ainsi la question de la situation sécuritaire du Nord-Kivu au-delà des discours politiques qui promettent la paix sans dire comment.

(Beni-Lubero Online) 

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*