Si le dialogue échoue, tentons la révolution!

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Dans une de nos dépêches sur les opérations de démantèlement des NALU-ADF, nous disions que le mariage MONUC-FARDC qui s’est conclu la veille des opérations contre les présumés Nalu-ADF ne serait crédible que le jour où il s’attaquerait aux irréductibles Nkundabatware et Mutebusi. Une semaine ne s’est pas passé avant que le mariage n’éclate!  Le voyage des noces aura été trop court. Un fait qui était prévisible. Les hélicoptères de combat, les chars immobilisés aux abords du Graben à Isale, Kyondo, Kyavinyonge ne pouvaient pas être à Bunagana par où l’opération devait commencer… Le Chef d"Etat Major Sylvain BUKI était aperçu non loin de Bunagana deux jours avant l’assaut de Nkundabatware. Il s’est envolé pour Kinshasa et s’est feutré dans un silence de marbre comme s’il n’était pas commandant des Forces Terrestres! La mascarade ne va plus durer!  Entre temps dans le graben, on note la présence des commandants rwandais et de leurs suppôts congolais qui y sont parvenus par la magie du démantèlement des soi-disant Nalu-ADF. Une opération dont le bilan n’a jamais été présenté au public et dont le gouvernement ne parle plus tellement l’opération de charme a fait plus des victimes congolaises qu’elle n’a chassé des présumés rebelles ougandais.

Qu’est-ce qui peut se passer dans les prochains jours au Nord-Kivu si les vaillants Mai-Mai et les volontaires ne les rejoignent pour monter la vraie armée de libération du Nord-Kivu? Les insurgés de Bunagana peuvent facilement faire jonction avec leurs émissaires dispersés dans la région avec armes Lourdes et Munitions par la magie d’opération démantèlement des rebelles ougandais Nalu-Adf.  Cette nouvelle agression tombe au bon moment car elle va permettre aux congolais et aux congolaises de se raviser sur le vrai visage des membres du gouvernement actuel, sur les opposants politiques, la Monuc, la CIAT, la communauté internationale. Les masques vont tomber. 48 heures après l’occupation de trois cités du Nord-Kivu aucune autorité politique et militaire n’a parlé de l’occupation qui parait à  leurs yeux comme un fait divers.  Ce silence est une trahison que le peuple doit punir en s’organisant pour remettre le pouvoir à ceux qui le méritent. Seul le politicien qui se battra aux côtés du peuple contre l’agresseur est digne d’être appelé représentant du Nord-Kivu, leader politique originaire de… Cette agression permet de rappeler aux congolais que seul le peuple organisé par des nouveaux leaders patriotes sauvera le Congo de la prédation actuelle, une prédation organisée et entretenue par des circuits nationaux et internationaux. Pour sauver le Congo de cette prédation et du cycle de violence ou il est, chaque congolais et chaque congolaise doit prendre ses responsabilités et s’engager dans la révolution qui reste la seule porte de sortie de crise, le dialogue ayant plus profité à l’agresseur qu’au congolais.

(Kakule Mathe, Butembo)

{moscomment}

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*