TRIPLE CELEBRATION DIMANCHE A LA PAROISSE DE FATIMA

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

SOLENNITE DE L’ASSOMPTION, PREMICES ET ACTION DE GRACE DE LA FOMEKA

Dimanche 13 août 2006, la communauté nande de Kinshasa s’est retrouvée dans une liturgie eucharistique autour des membres de la Fondation Monseigneur Emmanuel Kataliko (FOMEKA) pour une messe d’action de grâce. Pour la fondation, il est tout à fait impossible de ne pas reconnaître la main de Dieu dans le processus de démocratisation en cours en République Démocratique du Congo. La messe a eu lieu à la Paroisse Notre Dame de Fatima de 13 h 45 à 16 h 00.

Cette action de grâce le jour de la solennité de l’Assomption de la vierge Marie a permis au Père Daniel Syaghuswa de dire sa messe de prémices à Kinshasa. Père Daniel est Jésuite, natif du diocèse de Butembo-Beni. Il a été ordonné prêtre à Butembo, le 16 juillet 2006 après 16 ans de formation a-t-il précisé. Il poursuit son deuxième cycle de théologie en Californie, aux Etats-Unis.

Pourquoi la Fomeka a-t-elle choisi la voix de la prière pendant cette période?

La FOMEKA imprégnée, de l’esprit de Mgr Kataliko ne pouvait pas agir autrement. Quand nombreux se bousculent en battant campagne pour la réussite de tel ou tel autre candidat alors que la CEI est à l’étape de la compilation et de la publication des résultats, la Fomeka trouve mieux de rendre grâce à Dieu pour tout le service rendu et de confier à Dieu, celui sur qui le peuple a mis sa main.

La Fomeka est visiblement impliquée dans le processus électoral. Elle compte un certain nombre d’animateurs de la Commission Electorale Indépendante. En fait, ce n’était pas facile d’atteindre le niveau où nous sommes sans la main puissante de Dieu. Voilà pourquoi la prière s’est imposée à ce stade où dans quelques jours le nom de celui qui va gérer le pays va sortir. Il est important que Le Seigneur l’assiste dans sa lourde charge pour un avenir heureux du Congo. Qu’avec l’avènement du nouveau régime, les plaies du passé soient pansées ; que plus jamais l’impunité ne soit une vertu à cultiver ; que l’homme soit respecté dans sa dignité d’être humain.

A l’heure où certaines personnes mal intentionnées mobilisent les gens pour des velléités séparatistes en passant par les résultats électoraux qui se dessinent et évoquant certaines divergences qui étaient perçues avant les élections entre certains Evêques de l’Ouest et ceux de l’Est que la RDC reste unie et indivisible. Que la population ne cède jamais au démon de la division qui a érigé sa tente dans certains coins de notre pays depuis quelques années.

Dans son exhortation claire et mobilisatrice, le Père Syaghuswa a mis un lien direct avec la solennité de l’Assomption et la vie actuelle de la RDC. Pour lui, quand une femme dit "oui" beaucoup de choses peuvent changer. Quand nombreux ont dit "oui" au projet de la constitution cela a permis un bon déroulement aux échéances électorales jusqu’à la dernière étape en cours.

Poursuivant son homélie, le Père a démontré que Notre Dame du Oui est en même temps Notre Dame du Non. Elle a dit non à l’empire du mal, à la domination de l’homme, au silence et à la résignation. Elle a dit oui à la lumière, à la vie dans la vérité, à l’engagement auprès de l’homme, devenu la cible de tous les maux de ce monde. Même s’il paraît facile de fixer les ténèbres que ce qui luit, le Père nous a invité à fixer la lumière pour nous en imprégner. Il nous a demandé, comme l’avait déjà dit Mgr Kataliko, de parler, de défendre les valeurs humaines, patriotiques, … Nous n’avons pas droit au silence, car ce dernier nous rend complice malgré notre innocence. D’après le Père Daniel Syaghuswa, nous avons le devoir d’agir autrement quand ça va mal. Quand les autres se mettent à détruire, mettons-nous à construire.

Le Père Syaghuswa avait comme concélébrants les Abbés Lughutu, Meni, Lisolyri et le Père Kolinzo, croisier. Beaucoup de personnalités étaient aussi présentes entre autre le Général Katsuva, Maman Kambere, deuxième rapporteur de la CEI, certains membres du comité de la Fomeka et ceux du « Kyaghanda » de Kinshasa. Remerciant les gens d’avoir bien répondu à l’invitation, Monsieur l’Abbé Lysilyri a, à la fin de la messe, rappeler le centenaire du diocèse de Butembo-Beniqui débutera le 29 septembre 2006. Le pagne jubilaire a été exposé à la portée de tous dans la cour paroissiale. Il est disponible au siège de la Fomeka et chez les Petites Sœurs de la Présentation à Mont Fleiry / Kishasa. Un verre de rafraîchissement a permis aux gens d’échanger pendant plus d’une heure dans la cour de la Paroisse.

Fr. KAVUSA KASOKO Jean-Guillaume, a.a.

Kinshasa

Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*