Trois D

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Trois Députés Provinciaux Nande qui avaient voté il y a deux semaines pour la déchéance du Gouverneur du Nord-Kivu, à savoir Son Excellence Julien Paluku Kahongya ont échappé au lynchage de la foule dans la ville de Butembo.
De G à D: Muhindo Nzangi, Nzanzu Kasivita, Jeannot Lukambo
Ces trois députés que les bubolais ont choisi d’appeler « Députés Motionnaires », entendez par là les députés signataires de la motion de défiance à l’encontre du Gouverneur Julien Paluku, sont les seuls qui ont eu le courage de prendre leurs vacances parlementaires en dépit du désaveu général de leur attitude dans le dossier Julien Paluku. Il s’agit de Muhindo Nzangi (élu de Lubero Territoire), Jeannot Lukambo (élu de la Ville de Butembo), et Nzanzu Kasivita ( élu de Beni Territoire). Les autres députés considérés comme traîtres par les beniluberois restent cloués à Goma, pour une raison que la population n’a pas de peine à imaginer.
.
Le mardi 27 octobre, trois députés motionnaires sont arrivés en ville de Butembo, bravant toutes les menaces qui pèsent sur eux. Les habitants de Butembo qui n’avaient pas approuvé leur vote contre Julien Paluku considéré comme le dernier verrou ou symbole de la résistance congolaise à l’occupation rwandaise ou rwandophile du Nord-Kivu, attendaient ces députés de pied ferme pour les humilier.
.
Dès que les radios locales avaient annoncé que ces 3 mousquetaires de Goma allaient tenir un meeting au Rond Point TMK, le mercredi 28 octobre, les vaillants bubolais avaient commencé à se préparer, cailloux ou œufs à la poche, pour corriger ces enfants perdus.
.
Les trois députés motionnaires ont tenté de surmonter la situation, clamant haut et fort que leur mission est d’éclairer la lanterne des congolais sur ce qu’ils ont appelé la « confusion » vis-à-vis du dossier Julien Paluku.
.
Mais la plupart des bubolais pensaient qu’ils allaient demander pardon à la population pour leur égarement, leur vote contre Julien Paluku étant considéré comme une trahison du pays. Les Nande comme les Hunde ont désapprouvé leurs députés qui ont voté contre Julien Paluku. Les manifs de soutien à Julien qui ont eu lieu à Walikale, Masisi, Rutshuru, Butembo et Beni, montrent bien que le dossier Julien Paluku est, mine de rien, un dossier national. Julien Paluku représente plus que son petit poste de Gouverneur de Province en ce moment précis de l’histoire de la R.D. Congo. Pour certains Nord-Kivutiens, Julien est le symbole de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la R.D. Congo en dépit de ses faiblesses. Le plus grand reproche fait aux députés motionnaires n’est pas d’avoir mis le doigt sur le détournement des deniers publics, mais de s’être tu jusqu’à présent dans les dossiers des massacres des congolais et les incendies des maisons au Nord-Kivu, sans motion de défiance contre  les coupables. C’est ainsi que leur acharnement contre Julien Paluku est perçu non comme une émanation de députés motionnaires mais comme une injonction venant d’en haut pour l’accomplissement d’une mission donnée. Parmi tous les coupables de la megestion, du détournement de la solde des militaires au front, l’opinion fait le pari que les députés ne s’arrêteront qu’à Julien parce qu’ils sont manipuléés, corrompus !
.
Au vu de tout ceci, le dossier Julien Paluku n’est pas réductible à la seule motion de défiance car il est complexe, chargé.
.
La colère de la population n’avait pas échappé aux yeux et oreilles de la Monuc. C’est ainsi que bien avant l’arrivée des députés motionnaires sur la place TMK, les contingents de la Monuc sillonnaient déjà tous les artères de la ville comme le Jour de l’arrivée du Président Joseph Kabila. Et quand les honorables sont arrivés, ils étaient escortés par une police fortement armée et aux regards menaçants comme jamais un député provincial a été escorté. On n’espère que les députés patriotes qui ont voté pour le camp de la patrie, jouissent aussi de cette escorte des députés en vacances parlementaires. Les Ministres qui se contentent de deux policiers pour faire leur meeting, doivent se raviser. Dans la foulée, les nouvelles circulent à Butembo et dont nous avons vérifié la véracité à la source, que depuis le lancement du dossier Julien Paluku, le député provincial du Nord-Kivu (5 000 US$) a un salaire supérieur à celui d’un ministre du gouvernement central (3 000 US$)…
.
Les bubolais n’ont pas reconnu le député Jeannot Lukambo, un élu de Butembo, qui, il n’y a pas longtemps sillonnait à pieds les rues non asphaltées de Butembo, sa ville natale. Les fans de ses sketchs et théâtres quand il n’était pas encore député sont devenus aujourd’hui ses ennemis au point que pour leur parler il a besoin des chars et d’un bataillon des militaires.
.
Le député Jeannot Lukambo doit aujourd’hui acheté par des espèces sonnantes et trébuchantes une popularité qui lui était acquise et qui était gratuite. Il a changé de camp comme les autres leaders politiques du pays qui se maintiennent au pouvoir non par le soutien du peuple mais par le soutien des armes et à coups d’argent comme dans toute démocratie du dollar ! Jeannot Lukambo a ainsi recruté des sentinelles de la place pour le transporter sur Tipoy comme du temps de la colonisation belge de l’aéroport de Rughenda jusqu’à l’hôtel Butembo. Les voitures du cortège ainsi que quelques mamans vendeuses des souliers avaient été recrutés pour tenter de donner un accueil chaleureux à un homme qui est soupçonné d’avoir traversé la rue ou au mieux le Lac Kivu. Ces recrus n’ont pas réussi à cacher le malaise qui régnait dans la ville, et surtout aux abords du Rond Point TMK.
.
Malgre la forte présence de la Monuc et de la Police armée jusqu’aux dents, les députés motionnaires ont été chahutés et quelques pierres jetées furtivement [Webmaster : Deux emails des témoins disent n’avoir pas vu ce jet furtif des quelques pierres]  au point qu’il leur était impossible de tenir un meeting à cette place prestigieuse de la ville de Butembo où tous les hommes forts tiennent leur meeting public. Au lieu du meeting public, les trois députés motionnaires se sont rabattus sur une conférence de presse dans une salle de la place avec dans leur audience une poignée de journalistes et quelques amis personnels.
.
Dans cette conférence de presse, les trois mousquetaires n’ont pas voulu demander pardon à la population comme certains l’espéraient. Au contraire, ils ont voulu demontrer que Julien Paluku n’est pas le seul Nord-Kivutien capable de gouverner la Province du Nord-Kivu. Ils ont aussi dit que leur motion rebondira au mois de janvier 2010 si le Président Joseph Kabila ne se prononce pas sur la démission de Julien Paluku avant janvier 2010.
.
La leçon à tirer du dossier Julien Paluku est que le seul manquement à une loi ne suffit pas pour obtenir la condamnation du coupable. Le cas de Bosco Ntaganda, coupable de Crimes de Guerre et de Crime Contre l’Humanité est d’actualité. Le Président Joseph Kabila dit qu’il ne peut livrer Bosco parce que son arrestation risque de soulever les rebelles du CNDP qui sont même déjà devenus Fardc. Les députés motionnaires n’ont même jamais pris une position publique sur le cas de Bosco qui a du sang sur ses mains. Le cas de Julien Paluku qui peut être coupable de s’être servi de la caisse de l’Etat est traité à l’Assemblée du Nord-Kivu comme pire que celui des criminels Bosco Ntangada et Nkundabatware. Le limogeage de Julien Paluku risque selon toute vraisemblance de sonner une nouvelle ère de résistance contre l’occupation du Nord-Kivu avec la complicité des fils du Nord-Kivu, en l’occurrence certains députés Nande qui ont choisi de suivre un autre maître au lieu de suivre la voix de leur base électorale. Pour éviter cela, le Président Joseph Kabila peut agir comme pour le cas de Bosco Ntaganda. Pour démontrer que les rwandais du CNDP n’ont plus l’ambition de régenter la politique du Nord-Kivu de la base au sommet, Julien Paluku, quels que soient ses manquements, est à maintenir à son poste.
.
Kakule Mathe
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*