Félix Tshisekedi en tourisme à l’est de la RDC: c’est claire, la paix n’est pas sa priorité !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

En séjour depuis le 12 juin à l’est de la République Démocratique du Congo, le président Félix Antoine Tshisekedi, avant de rentrer à Kinshasa, a procédé par une tournée au cours de laquelle il a rencontré plusieurs couches de la population et deux présidents voisins, respectivement Yoweri Museveni de l’Ouganda et Paul Kagame du Rwanda.

Endéans ses déplacements, la population de la région n’a été comblée car son attente consistait à voir la concrétisation de l’arrêt des violences au Nord-Kivu et dans l’Ituri, ainsi que l’installation effective du président à Goma, chose qui n’a été observée.

Que devons- nous retenir sur les 18 jours du président Félix à l’est de la République Démocratique du Congo ?

Après un appel des jeunes des mouvements citoyens, le collectif des mamans de la ville de Beni, ensuite les élèves et écoliers, le président était attendu non pour visiter et rentrer mais plutôt pour résider tel qu’il l’avait lui même promis depuis qu’il avait commencé à lutter pour avoir le pouvoir à la tête du pays.

Bien que seule la sécurité est prioritaire pour la population de l’Ituri et du Nord- Kivu, le président a, au cours de son passage à l’est, annoncé avec son homologue ougandais les travaux de réhabilitation de la route Kasindi- Beni, Beni- Butembo, Butembo- Goma, Kiwanja- Bunagana ; il était également parti constater à Saké, dans le territoire de Nyiragongo et à Rubavu, au Rwanda, les dégâts qui ont résulté de l’éruption du volcan Nyiragongo, avant de se rendre à Bunia pour le lancement des travaux d’asphaltage de la route Mahagi- Bunia.

Du rejet de la priorité (la question sécuritaire) au lancement des travaux de réhabilitation des routes, le président à-t-il comblé l’attente de ce peuple asphyxié par l’insécurité et les violences en Ituri et au Nord-Kivu ?

Catégoriquement, le besoin le plus urgent pour la population évoluant dans les zones en proie de violences, est celui de voir la paix revenir; c’est pourquoi après le départ du président Félix, les critiques tournent sur l’inopportunité de sa présence à l’est, car avant, pendant et après lui les violences n’ont cessé de s’accentuer sur ces accords qui ont été signés entre Félix et Paul Kagame.

Le pacte avec le Diable qui décime sa population au Kivu-Ituri, trahison impardonable !

Lors de son séjour à l’est, le président Félix et son homologue rwandais ont conclu trois accords, notamment pour :

1. La promotion et la protection des investissements.

2. La convention entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo pour éviter la double imposition et prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu.

3. La coopération entre la société aurifère du Kivu et du Maniema et DITHER LTD. Ces accords sont- ils basés sur l’hypocrisie ?
Depuis la nuit des temps, la République Démocratique du Congo a comme l’un de ses agresseurs excité, le Rwanda, et pour ça l’histoire nous a toujours rattrapé ; cependant avant les accords, une justice devrait être demandée pour plus de 10 millions de congolais qui avaient et continuent à périr sous le calcul du Rwanda ambitieux d’envahir et d’occuper définitivement l’est de la République Démocratique du Congo.

Paluku loswire Shabani

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*