Tutsi et Hutu s’accordent pour occuper le Kivu-Ituri

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les choses bougent à l’Est du Congo pendant que Kinshasa traîne les pieds. Selon plusieurs sources crédibles, le retrait par Nkunda de ses rebelles de 40 km du front nord n’est pas à mettre à l’actif de la médiation d’Olusegun Obasanjo mais d’un accord conclu à Kigali entre les Hutu et les Tutsi pour contrôler ensemble le Kivu-Ituri. Notez que cet accord Hutu-Tutsi n’est pas en soi nouveau. Depuis le début de la guerre du RCD-Goma en 1998, Hutu et Tutsi ont toujours collaboré pour occuper le Kivu, raison pour laquelle les congolais les appellent communément et indistinctement « rwandophones ».
.
 
L’accord Hutu-Tutsi qui vient d’être formellement conclu à Kigali est la dernière trouvaille des Tutsi pour combler leur déficit numérique en combattants et cadres politico-administratifs pour gérer l’espace conquis, mais surtout, pour camoufler l’alibi des FDLR qu’ils ont brandi jusqu’à maintenant comme motif de leur agression de la R.D. Congo. Les FDLR qui disparaissent sur terrain chaque fois Nkunda attaque l’armée congolaise vont selon toute vraisemblance disparaitre de la rhétorique de la guerre d’agression et d’occupation dont la R.D. Congo est victime. Il n’est pas impossible que les FDLR soient amnistiés ou mixés avec les rebelles de Nkunda. Déjà Nkunda, dans son meeting public d’hier à Rutshuru, a commencé à intégrer les Hutu dans son cahier des charges en disant qu’il a pris les armes pour défendre les minorités Hutu et Tutsi qui avaient fui au Congo lors du génocide de 1994. On passe donc d’une minorité tutsi en danger à deux minorités Hutu et Tutsi en danger d’extermination à l’Est du Congo. La vérité est que ce sont les Tutsi qui menacent d’exterminer les tribus congolaises du Nord-Kivu. Les Hutu massacrés par les Tutsi de Nkunda à Kiwanja dans la nuit du 5 au 6 novembre passé ont eu la malchance de vivre avant la conclusion de cet accord Hutu-Tutsi… Si cet accord peut soulager tant soit peu les Hutu déplacés partout au Nord-Kivu, il rappelle un trait caractéristique de la stratégie des Tutsi qui se servent souvent des congolais pour avancer leur agenda avant de les lâcher comme des citrons pressés une fois qu’ils ont atteint leur objectif. L’accord Hutu-Tutsi est un signal fort de ce que Nkunda attend faire dans les Territoires de Rutshuru er de Masisi où les Hutu sont nombreux. Notez que cet accord est muet sur le sort des autres tribus telles que les Hunde, les Nande, etc. ?
.
Dopés par les Hutu et les Faux FDLR, les Tutsi espèrent renforcer ses rangs pour poursuivre leur conquête du Kivu-Ituri au profit des multinationales intéressées par les réserves du coltan, du pétrole, de l’Or, du gaz méthane, du bois, etc.
 
Sachant que plusieurs commandants Fardc à l’Est du Congo sont rwandophones, l’accord Hutu-Tutsi voudrait accélérer la conquête du Kivu-Ituri. Comme Kinshasa ne veut pas changer l’hiérarchie militaire à l’Est du Congo en dépit de sa trahison avérée, les Fardc commandés par les Tutsi et les Hutu ne peuvent pas défendre la R.D. Congo comme ils les voudraient. Aussi, les fonds du trésor public congolais alloues à ces généraux rwandophones servent plutôt l’occupation du pays. Il faut un bon nettoyage des écuries des Fardc et du gouvernement congolais pour sauver le Congo des griffes des rwandais.
.
 
L’accord Hutu-Tutsi au front du Nord-Kivu confirme ce que les congolais soupçonnaient déjà que le front du Nord-Kivu était devenu le mouroir des Fardc loyalistes. Les commandants Tutsi et Hutu des Fardc avaient réussi à faire tuer au front des vaillants fils congolais pour préparer en douceur la capitulation de l’armée congolaise. On comprend aussi pourquoi les parrains internationaux de la rébellion disent toujours qu’il n’y aura pas de solution militaire à la rébellion de Nkunda. Pendant que ces parrains de la rébellion continuent à fournir des armes à Nkunda, ils disent aux congolais qu’il n’y aura pas une solution militaire. Pendant que les mêmes parrains de la rébellion bombardent les positions des terroristes en Iraq, en Afghanistan, au Pakistan, etc., la R.D. Congo doit dialoguer avec un terroriste responsable de 6 millions des morts ?
.
 
On comprend mieux aujourd’hui pourquoi le front-mouroir de Rutshuru et du Masisi avait déplacé de tous les coins du Nord-Kivu tous les militaires pour les faire combattre. Plusieurs commandants y ont laissé leur vie. Si chaque front de guerre est un mouroir, on peut tout de même se demander si les Fardc tués au front de Rutshuru et du Masisi n’étaient pas plutôt tombés dans un guet-en-pans Hutu-Tutsi. Le fait que Kinshasa n’ait pas envoyé des renforts militaires au front paraît aussi comme une participation complice à l’occupation Hutu-Tutsi de l’Est du Congo privé de ses combattants. Maintenant que les éléments capables de défendre le Congo ont été éliminés ou réduits sensiblement et maintenant que Nkunda occupe un territoire plus grand que le Rwanda et le Burundi, l’occupation change de stratégie et de rhétorique. Les FDLR seront réhabilités dans leur identité des Hutu et auront part au chapitre. C’est peut-être la raison pour laquelle Nkunda attaquait l’armée congolaise chaque fois que le gouvernement congolais voulait rapatrier les FDLR au Rwanda. La Monuc avec son DDRR n’aurait donc marché pour les mêmes raisons. Les attaques contre les Mai-Mai étaient plus musclées et organisées. Mais attention ! Avec un gouvernement faible et complice à Kinshasa, les rwandophones peuvent continuer à dire que les FDLR ont fui à l’Equateur pour expliquer une attaque et une occupation de l’Equateur, et ainsi de suite jusqu’à Kinshasa.
.
 
Pour qui connait les rwandais, l’attaque des Mai-Mai qui n’ont pas été inclus dans l’accord Hutu-Tutsi se précise. Plusieurs medias des grandes puissances anglo-saxonnes y compris la Radio Onusienne Okapi ont commencé a étalé les méfaits des Mai-Mai, les enfants-soldats avec des généraux de 12 ans comme s’il s’agissait des faits nouveaux, etc. Après les FDLR, les Mai-Mai risquent de constituer le motif principal de la guerre d’occupation du Kivu-Ituri. Notez que les medias des grandes puissances anglo-saxonnes n’ont jamais voulu faire mention du génocide commis à Kiwanja par le CNDP ! Heureusement qu’il y a encore dans le monde des medias libres qui ont fait connaitre au monde les images de ce génocide de Kiwanja ! Bref, les grandes puissances anglo-saxonnes travaillent pour vendre l’image de Nkunda àleurs contribuables. D’où la perpetuelle question de savoir ce qu’attendent les amis du Congo pour contredire les amis anglo-savons de Nkunda…
.
 
Après l’accord Hutu-Tutsi, l’ONU a finalement accepté de fournir 3000 casques bleus supplémentaires. Pas de surprise en cela ! Les observateurs du conflit congolais pensent que les 3000 casques bleus promis au Congo seront vraisemblablement affectés au Kivu-Ituri pour imposer le cessez-le feu dans la zone tampon autour du territoire qui sera contrôlé par la coalition Hutu-Tutsi. Ils peuvent mettre fin à l’errance des déplacés congolais mais pas à la rébellion de Nkunda. Si la Monuc n’a rien fait avec 17000 troupes, qu’est-ce qu’elle peut faire avec 3000 troupes supplementaires? Les congolais doivent cesser de rêver d’une Monuc Père Noël. Si Kinshasa ne prend pas les choses en mains, le Congo court le risque de s’acheminer vers une grave et longue fracture Est-Ouest, avec le Kivu-Ituri comme territoire occupé ou territoire sous mandat de l’ONU, des sommets de paix pour la réunification, etc. Entretemps, les anglo-saxons et leurs alliés internationaux mettront la main basse sur les richesses naturelles congolaises.
.
Le scenario ci-dessous ne peut se réaliser que si Kinshasa continue de subir les événements sans rien entreprende au niveau national et international. Et pourtant la R.D. Congo a tous les atouts de faire échec à cette balkanisation que mijotent les grandes puissances anglo-saxonnes. Le peuple congolais ne veut pas de domination rwandaise. Si le silence de Kinshasa continue vis-à-vis de l’occupation de l’Est du pays, le peuple congolais se réserve le droit de le destituer et de le faire remplacer conformément à la constitution de la R.D. Congo. On parlerait dans ce cas de revolution congolaise.
.
 
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*