Luberolukangaeglise00

Un collabo des forces d’occupation rwandaise lapidé à mort à Lukanga/Lubero

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le 8 janvier 2012 , Mr Kakule Kasanga (21 ans) de Lukanga en Territoire de Lubero, a été lapidé à mort car soupçonné d’être un collabo des Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo ( FARDC en sigle) à qui il servait comme éclaireur dans leur mission funèbre dans la région. Le jour où la justice populaire de Lukanga a eu raison de sa vie, Feu Kasanga était attrapé entrain de voler un porc d’une porcherie du village. Avant de mourir et lors de sa lapidation par une foule en colère, Feu Kasanga avait dit qu’il était envoyé par des Fardc pour leur chercher un porc pour leur ration et qu’il ne pouvait pas refuser car les Fardc l’avaient menacé de mort au cas où il rentrait mains bredouilles. La justice populaire avait jugé que Kasanga devait mourir par lapidation car il venait de confirmer lui-même qu’il était collabo des Fardc dans leur sale besogne en Territoire de Lubero. Kasanga a connu une mort atroce. Il était originaire de Kitsuku en Territoire de Lubero.

Luberolukangaeglise00

     Une vue de l’Eglise de Lukanga en Territoire de Lubero 

Le 29 Décembre 2011, Un paysan habitant de MAYMOYA, Secteur de Beni-Mbau, en Territoire de Beni qui était parti dans son champ de TSUTSUBO, y avait été exécuté par des hommes en armes non encore identifiés. Son corps était retrouvé sans vie, criblé des balles, pendu dans un arbre, et sans tête. Selon les proches, l’infortuné avait vraisemblablement été décapité avant d’être pendu dans la brousse à côté de son champ de TSUTSUBO. 

Le 9 janvier 2012 : Mr Samy Katembo Masimengo ( 20 ans), prisonnier de Kakwangura, a été abattu vers 5h du matin dans la cour de la prison, par un policier de garde sous-prétexte qu’il tentait de s’enfuir de la prison. Mr Masimengo est mort sur le champ. Il était un célibataire originaire de Musienene qui résidait avant son arrestation à Kitulu en ville de Butembo. Le motif de son incarcération n’est pas encore connu. Selon, les sources proches de la prison de Kakwangura qui ont requis l’anonymat, il semblerait que rien ne prouve que Masimengo voulait s’évader de la prison. Il serait sorti par la porte de la prison, un fait qui démontre que quelqu’un lui avait ouvert la porte de l’extérieur. Aussi, s’il avait tenté de s’enfuir, son corps aurait été retrouvé à quelques pas de la cour de la prison. Dans l’espoir qu’une enquête indépendante pourra être diligentée pour tirer au clair les circonstances de la fusillade de Mr Masimengo, sa mort suscite plusieurs interrogations. Depuis un certain temps, les exécutions sommaires des prisonniers militaires ou Mai-Mai congolais dans les enceintes des prisons congolaises sont expliquées souvent sans preuve aucune comme consécutives à des tentatives d’évasion. Pour plusieurs observateurs, il s’agirait tout simplement des crimes de guerre visant à débarrasser la région devant être occupée et balkanisée de toute personne formée au maniement des armes de guerre ou soupçonnée d’être de mèche avec les groupes d’auto-défense locale . Une affaire à suivre. 

Source : Martyrologue de Beni-Lubero 

© Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*