Voeux des Soeurs Jeanne Mutsuva et Jeanine Hadisi

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
                               Premiers vœux des novices Jeanne Mutsuva et Jeanine Hadisi
                                        dans la Congrégation des Oblates de l’Assomption
                                                                           

               

Jeanne MUTSUVA et Jeanine HADISI étaient novices oblates de l’Assomption de la Province du Congo quand elles ont débarqué, il y a deux mois, en Italie. Novices missionnaires ! Aujourd’hui, elles sont religieuses missionnaires.
     
          Jeanine Hadisi, O.A.                                                           Jeanne Mutsuva, O.A.
Le dimanche 12 août, en la chapelle de la Maison Provinciale des Oblates de l’Assomption – Religieuses missionnaires- tel est leur nom complet-, à quelques pas du Vatican, les novices Jeanne MUTSUVA et Jeanine HADISI, appelées par Sœur Elena TUCCI o.a. Provinciale d’Italie, ont répondu « Me voici, Seigneur », à leur vocation. 
               
La célébration, présidée par P. Floribert KOMBI a.a., était en italien, les chants en italien, en français, luyira …, mais les vœux, reçus par la Provinciale, ont été prononcés en français. Evénement de Congrégation, mais aussi événement de la Province des Oblates de l’Assomption de l’Italie. Cela faisait, en effet, plus ou moins quarante ans que les Oblates italiennes n’avaient plus célébré une première profession. Quelle émotion !
               
Ainsi les a-t-on vu vibrer au rythme du tambour et des chants d’action de grâce en luyira. Véritable communion interculturelle ! Les membres présents à Rome de la SOFRABBI (Solidarité et Fraternité de Butembo-Beni) ont rehaussé de leur présence la cérémonie des vœux des deux nouvelles Religieuses. Sœur Jeanine HADISI o.a. en racontera. Sœur Jeanne MUTSUVA o.a., quant à elle, témoignera de cette sollicitude particulière.
                 
Serait-ce le signe avant coureur d’une « nouvelle pentecôte » ?, se demande Suor Maria del Buon Pastore o.a. Dieu seul sait. Néanmoins les sœurs y croient fermement. Elles travaillent et prient pour les vocations. En attendant, elles entretiennent celles congolaises qui les revitalisent.
 
P. Adélard Mayani, a.a.
Rome
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*