aerorughendaavion0

Vol de l’équipement de Communication de l’Aéroport Butembo

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

La RVA-Butembo annonce un vol spectaculaire de tout l’équipement de communication de l’aéroport de Rughenda/ en Ville de Butembo dans la nuit du mercredi 20 octobre dernier. Privé de son système de transmission des données nécessaires à la navigation aérienne, l’aéroport de Rughenda est ainsi devenu un danger public pour les avions des particuliers. Considérant que la concession de l’aéroport de Rughenda où se trouve aussi le bureau de la RVA Butembo est un camp militaire avec une garde militaire en permanence, plusieurs observateurs pensent que le vol était tout simplement un déplacement du matériel vers d’autres opérateurs et vers une autre tour de contrôle pour continuer à assurer le même service à une certaine catégorie d’usagers de l’aéroport de Rughenda/Butembo. En effet, personne ne comprend comment le voleur a pu tromper la vigilance de tout un camp militaire et de la garde permanente pour s’emparer du système de communication de l’aéroport qui était le seul outil de valeur gardé en ce lieu.

Depuis lors, les avions (surtout ceux des civils) atterrissent à Rughenda à leurs risques et périls car n’ayant plus de communication avec la tour de contrôle de la RVA/Rughenda.

 aerorughendaavion0

               Une vue de l’aéroport de Rughenda-Butembo

 Avec les bruits des bottes signalés à la frontière de la RDC avec le Rwanda et l’Ouganda tout au long de cette semaine, le vol de l’équipement de communication de l’aéroport de Rughenda est perçu dans l’opinion comme un signe avant-coureur d’une attaque. La question du retour des refugiés congolais qui ne savent plus d’où ils étaient partis, serait le casus belli de l’attaque qui se préparerait à partir de leur pays d’accueil, le Rwanda. Ces refugiés seraient ainsi les premiers au monde à rentrer militairement chez eux avec l’aide du pays d’accueil qui assure et le transport et l’intégration dans leur pays d’origine. La protection des autochtones par la police de leur pays est quasi inexistante. D’où le risque que les retournés armés s’en prennent aux autochtones sans défense pour s’installer par la force! Des équipes des Médecins Sans Frontières du Canada seraient déjà en route pour le Nord-Kivu pour soigner les blessés et enterrés les morts. Aucune armée du monde n’est en route pour le Nord-Kivu pour prévenir le retour armé des refugiés congolais.

 ©Beni-Lubero Online                          

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*